L’inspiration

Posté par D_Reg le 23 juillet 2008

L’inspiration apparaît comme un envoûtement, le charme d’une quête, un élan judicieux de paroles appropriées quant à l’expression d’une œuvre, et la source – lumineuse – venue pas à pas de la création, nous apparaît comme le premier soleil au coin de la brume, après une errance avec les brouillards, ses méandres, la pensée, ses représentations, où la clarté liminaire se donne telle une escale au port des œuvres d’art.

Néanmoins – après les diverses illusions que peut exercer la terre – il importe de reprendre les flots, avec les vents parfois hasardeux, la solitude, les rigolades, les sirènes, les tourments, la pluie, ou encore les ravages de la tempête, au gré de la boussole nébuleuse, menant vers l’océane conquête, fleur sonore de la poésie.

 

Publié dans Prose Poétique | Commentaires fermés

Le chemin de la poésie

Posté par D_Reg le 23 juillet 2008

Le chemin de la poésie passe entre les écroulements de rêves, au milieu desquels les pensées se découvrent, de loin en loin, se frayant une existence auprès du monde crayeux de la feuille blanche. Sous les arabesques de nos paroles – cette poussière où nos pas se déposent sur le moelleux de la neige – un souffle chaud, caressant la vie, transporte nos pensées vers un ailleurs toujours présent. Le regard est incertain, éconduit, presque perdu, appréhendant l’horizon d’une œuvre qui se profile, par les ornières où l’écriture s’avance, parfois au risque de se briser, séchée par le soleil – rude, ardent – et néanmoins fertile dans les feuilles que l’on cultive.

 

Publié dans Prose Poétique | Commentaires fermés

L’écriture

Posté par D_Reg le 23 juillet 2008

Nous aimerions une écriture nouvelle : une musique agréable, lancinante, amusée de savoir et de ne pas comprendre, où les concepts défileraient telle une amertume dépassée, au bord de la mer, où l’on regarderait les flots s’élançant majestueux sur les rocs de notre esprit. Une écriture radieuse, ensoleillée par nos pensées, toujours à l’affût d’un horizon, d’une perspective, d’un regard englobant notre monde, ses saveurs, sa courtoisie de bien-être, ou encore la nonchalance d’un affect éprouvé envers la mer, toujours la mer de nos pensées sur l’océan des aventures dignes d’être solennelles.

 *

Cette écriture possèderait le don de réformer une pensée : rendre l’éclat des lettres, prodiguer une littérature bienfaisante, harmonieuse, en tout être le modèle à poursuivre. Sa piété ne lui enlèverait aucune de ses dispositions pour le vice ou la vertu. Une sagace économie des mots et de la rigueur, accordant la profondeur sur le reflet d’une grammaire, en serait l’exactitude incarnée. Et peut-être y aurait-il la prudence et la fermeté d’un conseil, où elle compatirait avec les plus malheureux en la matière. Une telle écriture réprimerait les abus de la subjectivité, de son épanchement, afin de laisser miroiter la mer sur les rocs de notre esprit.

 *

Le rapport que cette écriture entretiendrait avec la musique serait manifeste. Elle s’écoulerait telle l’ambroisie de notre éternité, sans la moindre peccadille de sable pour ennuyer sa pureté. Elle naviguerait sur les mers de notre monde, débonnaire, prodigue, fraternelle, afin de se recueillir sur les îles bienheureuses de notre aventure, où les phrases viendraient se perdre sur les rocs de notre esprit.

Cette musique s’émanciperait de nos préjugés, faisant vivre la pensée comme des vagues ou des relents, où nous pourrions exister, auprès de la mer, toujours la mer qui revient pour s’en aller, là-bas, vers les contrées inconnues de nos rêves ou de nos théories, non loin des charmes vaporeux du mensonge, de la vérité, qu’importe ! Elle s’en irait loin…si loin des écritures de notre monde…

 

Publié dans Prose Poétique | Commentaires fermés

 

A demi -mot |
La Voie Lactée |
Aimé Comoé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Quid de l'ombre
| Red Spirit
| Académie Renée Vivien